CENTRE D'EXPOSITION DE L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL


2940, ch. Côte Ste-Catherine
Pavillon de la Faculté de l'aménagement, salle 0056
Métro Université-de-Montréal

OUVERT AU PUBLIC

Du mardi au samedi de 11h00 à 17h00 et le jeudi jusqu'à 20h00

ENTRÉE GRATUITE


Les groupes intéressés à visiter l'exposition sont priés de communiquer avec nous au 514 343-6111, poste 4694 ou par courriel à informations@expo.umontreal.ca

COMMUNIQUÉ (PDF)




























Du 14 octobre au 14 novembre 2015

Les mondes - Les Impatients



Le vernissage aura lieu le 15 octobre à 17h30 

Ouverture exceptionnelle pour les Portes ouvertes dimanche le 8 novembre 2015 de 10h - 16h

                                       

Le Centre d’exposition de l’Université de Montréal accueillera du 14 octobre au 14 novembre 2015, l’exposition Les mondes. À découvrir aussi, la mise en espace de Portraits une exposition présentée jusqu’ici exclusivement sur le site web des Impatients ainsi que des enregistrements des Impatiences musicales. L’exposition est réalisée et mise en circulation par l’organisme les Impatients .

Collaborateur de longue date aux Impatients, Pierre Bellemare présente à son groupe le travail de l’artiste Nick Cave, qui crée des sculptures sonores animées lors de performances publiques. Ces sculptures, appelées Soundsuits, peuvent être portées, tel un costume, cachant ainsi l’origine ethnique, la classe sociale et le genre de la personne qui le revêt. La préoccupation de Cave est d’amener les spectateurs à regarder les choses sous un autre angle, à atteindre un état de rêve qui annihile tous préjugés.

Cette thématique touche et inspire au plus haut point les Impatients. Inspirés par le travail de Cave, les Impatients entament en 2012 un travail minutieux qui s’échelonnera sur une année et demie. Ils débutent tous avec la même base en toile de jute. De ce point de départ, les Impatients doivent créer leur propre « personnage », par accumulation, tissage et collage de matériaux divers.



Cycle de conférences
Au croisement des mondes



Parallèlement à la présentation de l’exposition issue du travail des Impatients, nous souhaitons créer un lieu et un moment où divers intervenants et chercheurs peuvent dialoguer en présentant leur travail, réalité ou recherche. Ces évènements ont pour intention de créer des ponts entre les disciplines et pratiques présentes au sein de l’Université de Montréal, mais également entre le milieu universitaire, professionnel et les cliniciens gravitant autour des gens vivant avec des problèmes de santé mentale.

Nous souhaitons réfléchir sur les diverses facettes que présente la relation entre une production créative (artistique ou musicale) et le contexte thérapeutique. Cette production - catégorisée comme art brut, art marginal, art naïf - est entrée récemment dans les collections muséales alors qu’auparavant elle cohabitait avec le thérapeute ou le médecin. Ces collections, présentes en Europe, aux États-Unis et au Québec , donnent lieu à des problématiques au sujet de leur nature, leur classification, leur collectionnement, leur analyse et leur réception.

Profitant du bassin d’expertises diverses se trouvant au sein de l’Université de Montréal, ces rencontres permettront l’examen de diverses perspectives, allant de l’angle historique, de l’analyse du travail artistique, de la recherche ou de la pratique clinique. Dans le but ultime de diffuser et rejoindre un public s’intéressant à la production issue de l’art thérapie, mais aussi aux questions qui la sous-tendent.

Ce cycle de conférences à vocation interdisciplinaire prendra la forme de présentations de 20 minutes chacune suivies d’une période de question de 10 minutes. Ces rencontres auront lieu le 28 octobre, le 5 et le 13 novembre 2015 au Centre d’exposition de l’Université de Montréal.


Programmation

Mercredi le 28 octobre
Créateurs


11h00

Laura Regev

Art-thérapeute, photographe et animatrice d’ateliers aux Impatients.

Elle est diplômée en art-thérapie de l’université Concordia. Son mémoire portait sur la résolution de conflits entre différents groupes multiculturels, misant sur le développement du sentiment d’empathie à travers le partage d’histoires et de portraits photographiques. Dans cette lignée, elle créa le projet Portraits aux Impatients, où elle anime des ateliers depuis 2011, dans le but de démystifier la maladie mentale.

Conférence : Un projet narratif en mots et en images

Laura Regev nous présente Portraits, une exposition virtuelle diffusée sur le site web des Impatients, qui est mise en espace pour la première fois dans le cadre de la présentation de l’exposition Les mondes à l’U de M. Mme Regev démontrera comment ce projet allie démystification de la santé mentale et valorisation des patients. Le projet : au cours d’un entretien, le participant arrête son choix sur une histoire, la raconte et choisit comment il voudrait s’y représenter en image. Avec un appareil photographique des années 50 et un film de 12 photos, l’Impatient fait son autoportrait. En réponse au texte, à l’image produite par le participant et à la conversation qui a amorcé le processus, Laura Regev capte à son tour un portrait de l’Impatient. Un raconte, l’autre écoute; un se voit et l’autre imagine. Un échange en imagerie et en mots immortalisera une histoire dans la vie de l’Impatient.

11h30

Ginette Jubinville

Chargée de cours au département d’histoire de l’art et études cinématographiques | UdeM Historienne de l’art, elle détient un doctorat en histoire de l’art de l’Université de Montréal intitulé Représenter et construire la psychiatrie en France, 1801-1863 : l'art des premiers aliénistes. Elle poursuit une carrière dans l’enseignement universitaire, la recherche et la communication. Son intérêt et son champ de spécialisation portent, dans le domaine élargi, sur l’art français du dix-neuvième siècle, sur les questions d’objectivité, de subjectivité, de visibilité, de visualité; et dans le domaine plus ciblé, sur les rapports entre l’art et les débuts de la psychiatrie française (1801-1863).

Conférence : Des patients aux Impatients : Rapports entre art et psychiatrie depuis le début du 19e siècle.

Aujourd’hui, un organisme comme Les Impatients met de l’avant la dimension artistique des productions de ses membres plutôt que leur aspect thérapeutique et médical. Ceci est le résultat d’une prise de conscience de l’importance de l’art dans le champ de la psychiatrie et d’un rapport inversé entre art et science dans lequel l’art n’est pas subordonné à la science qui le commandite. Nous dresserons un regard historique sur les rapports, parfois conflictuels, parfois heureux, établis entre l’art et la psychiatrie depuis le début de cette science au début du dix-neuvième siècle. Dans la réalisation des œuvres commandées par les premiers aliénistes, l’artiste joue un rôle primordial dans la représentation et la construction de cette discipline médicale nouvelle.

12h00

Dr. Emmanuel Stip

Directeur et professeur au département de psychiatrie | UdeM. Dr Stip a complété son doctorat en médecine, philosophie et psychiatrie à l'Université d'Angers, en France et au Canada à l'Université de Montréal Il est impliqué dans la recherche clinique au CHUM, IUSMM et HSCM. Il était un chercheur clinique du Fonds de la Recherche du Québec. Dr Stip travaille comme un psychiatre dans un programme de psychose et également à un programme spécifique sur la schizophrénie et la neuromodulation. Les réalisations académiques de Dr Stip comprennent une spécialisation en neurosciences et en neuropsychologie, plus de 300 publications scientifiques et il a servi en tant qu'éditeur de plusieurs livres. Il fut l'un des premiers psychiatres à travailler sur la cognition et antipsychotique atypique. Son intérêt pour la recherche se concentre sur les relations entre la psychopharmacologie, psychopathologie et neuropsychologie. Son principal domaine de recherche est la schizophrénie. Il a également publié sur des sujets divers tels que le syndrome d'Asperger, Hikikomori, la coprolalie et la dépression. En 1988, Dr Stip a remporté pour ses réalisations le prix Association des médecins-psychiatres du Québec. Il reçoit, en juin 2005, le prix Michael-Smith pour la schizophrénie et en 2012 le Cleghorn Award du CPA.

12h30 : rafraichissements, crudités et fromages

Eventbrite - Au croisement des mondes - Créateurs


Jeudi le 5 novembre Musique et santé mentale : Musicothérapie, neuropsychologie et psychiatrie

Organisatrice :
Dre Nathalie Gosselin, Neuropsychologue, Professeure adjointe au Département de psychologie de l’Université de Montréal, Chercheure au Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS) et au Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique (CRBLM).

Coordinatrice :
Eva Nadon Hons, B.Art, Candidate au Ph.D. en neuropsychologie recherche et intervention | UdeM

16h00

Conférence : Effet de la musique sur le stress : sous la loupe des chercheurs

Dre Nathalie Gosselin

Neuropsychologue, Professeure au Département de psychologie de l’UdeM et Chercheure au Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS) et au Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique (CRBLM). Ses principaux intérêts de recherche concernent l'étude des effets de la musique sur la cognition, le stress et la santé. Ses travaux ayant pour but d’examiner les impacts de la musique de fond sur la cognition sont financés par les Fonds de recherche du Québec – Société culture (FQRSC Établissement de nouveaux chercheurs-professeurs). Les projets de Dre Gosselin visant à explorer l’effet de la musique sur le stress sont financés par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH Développement Savoir). Enfin, ses recherches sur l’effet de la musique sur l’agitation post-traumatique auprès de patients ayant subi un traumatisme craniocérébral sont financées par le Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie (AERDPQ, AQESSS, FRQS, MSSS, REPAR, SAAQ).

16h20

Conférence : Expériences musicales au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine

Dre Kim Archambault

PhD, Psychoéducatrice, chercheure au CHU Sainte-Justine. Elle coordonne la recherche et le développement au sein du projet d'innovation Espace Transition, qui vise à favoriser le bien-être et la réadaptation et à diminuer la stigmatisation de jeunes souffrant de troubles mentaux par l'offre d'activités et de programmes artistiques. Elle conduit principalement des recherches évaluatives étudiant la mise en œuvre, les effets et les mécanismes d'action d'interventions mettant l'art au service de la santé. Ces activités sont majoritairement financées par des dons privés administrés par la Fondation CHU Ste-Justine.

Dre Patricia Garel

M.D., Pédopsychiatre, Unité interne de psychiatrie, CHU Sainte-Justine Professeure associée, Département de psychiatrie de l’UdeM. Elle a été chef du département de psychiatrie de cet hôpital de 2002 à 2012, période au cours de laquelle elle a piloté une ambitieuse entreprise de modernisation des soins et mis sur pied le projet d'innovation Espace Transition. Depuis maintenant plus de six ans, ce projet regroupe divers programmes et activités recourant aux arts et à la création pour favoriser le bien-être et la réadaptation et diminuer la stigmatisation de jeunes souffrant de troubles mentaux. Tout au long de sa carrière, la pédopsychiatre a privilégié la clinique et l’organisation de soins accessibles, se sentant particulièrement interpellée par la réinsertion des jeunes dans une vie qui leur soit confortable.?Les multiples projets d'innovation menés par Dre Garel sont soutenus par des dons privés administrés par la Fondation CHU Ste-Justine.

Julien Peyrin

MTA, B.Psy, B.Mus, Unité de pédopsychiatrie, CHU Sainte-Justine, Dans la rue. Julien Peyrin a étudié en musicothérapie à l’Université Paul Valéry (Montpellier, France) ainsi qu’à l’Université du Québec à Montréal. Il a travaillé à l’hôpital Lapeyronie (Montpellier, France) auprès de douloureux chroniques en service de rééducation fonctionnelle. Depuis 2008, il travaille comme musicothérapeute auprès d’enfants, adolescents et adultes en situation de vulnérabilité (à risque, toxicomanie, itinérance, santé mentale) au sein de l’organisme communautaire Dans la rue. Il intervient également au sein de l’unité de pédopsychiatrie du Centre hospitalier universitaire Sainte Justine, il y effectue des séances de relaxation musicale dans l'optique d'offrir un outil de contrôle du stress.

16h45

Conférence : Musique, expression et validation des émotions.

Dany Bouchard


Bch, MTA, Musicothérapeute Département de psychiatrie, Centre universitaire de santé McGill (site adulte / unité interne et clinique externe). Monsieur Bouchard anime et dirige les ateliers de musique à la Fondation Les Impatients (bureau centre-ville). Il est également co-directeur de la chorale ‘Le groupe MusiArt’ du CUSM. Cette chorale se compose de personnes ayant une problématique reliée à la santé mentale et qui a pour but de sensibiliser le public aux issues reliées à ce domaine.

17h00 : Vin et fromages


Eventbrite - Musique et santé mentale : Musicothérapie, neuropsychologie et psychiatrie



Vendredi le 13 novembre
Création



11h00

Flavie Boucher

Après avoir obtenu un certificat en communication organisationnelle (2010) ainsi qu’un diplôme de maîtrise en muséologie (2012), Flavie Boucher est actuellement candidate au doctorat en histoire de l’art à l’Université de Montréal. Ses recherches portent de façon générale sur l’art marginal (Art Brut, Outsider art) au Québec comme l’international. Elle s’intéresse plus spécifiquement à la collection de l’organisme Les Impatients, où elle a oeuvré durant plus de dix ans à titre de chargée de projets, responsable des communications, des expositions et de la collection.

Conférence : L'art brut, d’hier à aujourd’hui
Depuis l’avènement de la psychiatrie au début du 19e siècle en Europe, l’art des « fous », terme employé historiquement par les aliénistes, a d’abord fasciné le monde médical avant de s’immiscer dans le monde artistique. Ce déplacement du « psychopathologique » au domaine artistique trouve son incarnation la plus radicale dans l’art brut, notion instaurée en 1945 par l’artiste français Jean Dubuffet. Longtemps ignorés par les grandes institutions artistiques, l’art brut et ses nombreux dérivés sont aujourd’hui institutionnalisés principalement en Europe et aux États-Unis, et constituent un véritable monde de l’art autonome dont les frontières avec l’art contemporain sont de plus en plus poreuses.

11h30

Pierre Bellemare

Artiste et animateur d’ateliers aux Impatients. Depuis plus de vingt ans, il assure l’animation d’ateliers dirigés ainsi que les montages d’exposition pour l’organisme. En parallèle, il mène sa carrière de peintre, sculpteur et écrivain qu’il a amorcée il y a plus de quarante ans. Dans sa pratique artistique, il s’intéresse à la simplicité dans le quotidien et s’inspire d’objets usuels abandonnés auxquels il donne un nouveau sens. Il est le fondateur des Éditions du pois mange-tout. Il est l’instigateur de plusieurs projets de création d’importance chez Les Impatients dont Les mondes. Sa dernière réalisation en date, l’exposition Marilyn – La renaissance d’une icône est actuellement, présentée à la galerie des Impatients.

Conférence : Les mondes et le monde

M. Bellemare nous entretient sur la démarche du projet Les mondes et de la façon dont il guide les Impatients tout au long de ses ateliers. Il est soucieux de faire connaître à ses groupes ce qui se fait en art actuel afin de nourrir leur création. Passionné par son travail avec ses participants, il nous parle de ce qu’ils lui ont apporté en tant que créateur, mais aussi sur le plan humain.

12h00

Karine Larocque

Responsable de la collection Les Impatients. Muséologue et gestionnaire de projets dans le domaine des arts et du patrimoine depuis près de douze ans, elle est diplômée en muséologie (Collège Montmorency), en histoire de l’art (UQAM) et en gestion d’organismes culturels (HEC). Elle est responsable de la collection Les Impatients depuis 2012, elle y dirige un vaste projet de documentation des œuvres des Impatients.

Conférence : La collection Les Impatients : Art hors normes et norme muséale.

Il fait partie de la mission des Impatients de conserver les œuvres réalisées dans ses ateliers depuis 1992. La collection compte à ce jour plus de 15 000 œuvres de 150 différents créateurs. Dorénavant traitée comme un patrimoine d’intérêt public, elle souhaite remplir les mêmes rôles qu’une collection de type muséale, soit la conservation, la recherche, l’éducation et la diffusion. De sa pérennité à son accessibilité, cette présentation abordera les défis, particularités et perspectives que posent le développement et la muséification d’une collection en pleine évolution.

12h30 : rafraichissements, crudités et fromages


Eventbrite - Au croisement des mondes - Création


 

Dernière modification : 02 novembre 2015