CENTRE D'EXPOSITION DE L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL


2940, ch. Côte Ste-Catherine
Pavillon de la Faculté de l'aménagement, salle 0056
Métro Université-de-Montréal

OUVERT AU PUBLIC

Du mardi au samedi de 11h à 17h et le jeudi jusqu'à 20h

ENTRÉE GRATUITE


Les groupes intéressés à visiter l'exposition sont priés de communiquer avec nous au 514 343-6111, poste 4694 ou par courriel à

informations@expo.umontreal.ca



Communiqué de presse

























Pour donner au Centre d'exposition de l'Université de Montréal

En ligne

Formulaire







yann pocreau ; bettina forget ; merveilles celestes ; observatoire du mont megantic ; institut de recherche sur les exoplanetes ; residence de recherche creation


Du 27 septembre au 15 décembre 2018

Vernissage le 27 septembre à 17h30

L’exposition Merveilles célestes – Bettina Forget et Yann Pocreau présente le travail des deux artistes à la suite de la résidence de recherche création créée par le Centre d’exposition de l’Université de Montréal en collaboration avec l’Observatoire du Mont-Mégantic et l’Institut de recherche sur les exoplanètes. Cette résidence de recherche-création souligne les 40 ans de l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) et les 20 ans du Centre d’exposition de l’Université de Montréal (CEUM). À la suite du comité de sélection, Bettina Forget et Yann Pocreau ont effectué leur résidence de recherche-création à l’Observatoire du Mont-Mégantic et avec les astrophysiciens de l’Université de Montréal au sein de l’Institut de recherche sur les exoplanètes.

Cette résidence a permis à Forget et Pocreau d’approfondir leur recherche respective : la reconnaissance de l’apport des astrophysiciennes dans la discipline pour Forget et le travail esthétique de Pocreau sur la lumière au cœur de sa pratique depuis quinze ans. Surtout, cette résidence a rendu possibles aux artistes d’explorer de nouvelles avenues, des lieux, des technologies et d’initier des échanges avec des chercheurs.

Dans l’ensemble, cette exposition tient plus de l’installation que le format classique d’une exposition. Elle comporte des traces de recherches, des artéfacts trouvés au sein de l’Université de Montréal qui ont été le moteur de réflexions, des œuvres en cours d’élaboration et d’autres finales. 



 

Bettina Forget est artiste visuelle, galeriste, éducatrice en art et chercheuse. Elle vit et travaille à Montréal. Née en Allemagne, elle a étudié à la Central St-Martins School of Art de Londres, à l’Université Curtin de Perth, en Australie, et à l’Académie des beaux-arts de Nanyang, à Singapour. Elle poursuit actuellement un doctorat en éducation artistique à l’Université Concordia. Son projet de recherche aborde la convergence de l’art et de la science et la façon dont les femmes et les filles peuvent s’intéresser aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques à travers l’art.
Le travail créatif de Bettina Forget prend sa source dans les sciences de l’espace, inspiré par son engagement avide avec l’astronomie amateur. Ses œuvres traitent d’astronomie, de science-fiction et de questions féministes. Elle a exposé ses œuvres aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en Islande, à Singapour et au Nicaragua. L’artiste est propriétaire et directrice de la galerie Visual Voice, qui présente des expositions d’art contemporain créant un dialogue entre l’art et la science.
Depuis 2016, Bettina Forget est chercheuse en art-science pour le programme d’artistes en résidence de l’Institut SETI. À ce titre, elle s’intéresse à la transposition d’idées issues de collaborations entre artistes et scientifiques, et explore différents modes de connaissance.



 

Yann Pocreau est né à Québec et il vit et travaille à Montréal. Par la photographie, il s’intéresse aux fortes présences du lieu et du sujet, à leur intime cohabitation. Dans ses recherches récentes, il étudie la lumière comme sujet vivant et l’effet de celle-ci sur la trame narrative des images. Il a participé à plusieurs expositions canadiennes, américaines et européennes, notamment Québec Gold, présentée à Reims (France) ; Exercices d’empathie, à l’Espace Bortier de Bruxelles ; le Mois de la photo à Montréal en 2011 ; Under the Radar: The New Visionaries, Paperwork et 1:3 Light à New York ; L’image rôde au Fresnoy, en France, en 2014 (Louise Déry commissaire) ; et à la 5e Biennale de Sinope, en Turquie.

Son travail a été commenté dans divers magazines et ses œuvres sont présentes dans les collections de la Banque Nationale du Canada, d’Hydro-Québec, de Desjardins, de Deloitte à Toronto, de la Ville de Montréal, de la Ville de Longueuil, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art de Joliette, dans la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec. Il a été jusqu’en 2014 coordonnateur général du Centre d’art et de diffusion CLARK. Il est représenté par la Galerie Simon Blais à Montréal.




L’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) est une infrastructure administrée conjointement par l’Université de Montréal et l’Université Laval. Il regroupe des laboratoires d’astrophysique expérimentale situés sur les campus des deux universités et le télescope au sommet du mont Mégantic, en Estrie. Ce télescope est réservé à la recherche fondamentale en astrophysique. De leur côté, les laboratoires travaillent à concevoir, en étroite collaboration avec des partenaires industriels, des instruments de haute technologie pour les grands télescopes au sol et dans l’espace.
À ses missions de recherche et de mise au point d’instruments se greffe celle de la formation. L’OMM accueille de nombreux étudiants des cycles supérieurs. Il forme du personnel hautement qualifié actif dans les secteurs de la recherche industrielle, universitaire et gouvernementale, en enseignement et en communications. Finalement, l’OMM est très engagé dans les champs de l’éducation et de la vulgarisation scientifique. Avec l’ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic, il attire chaque année plus de 20 000 visiteurs dans cette région du Québec. Les retombées économiques (récréotouristiques, notamment) sont estimées à plusieurs millions de dollars.

Le personnel de l’OMM se consacre à la mise en valeur de son télescope et à la conception d’une instrumentation astronomique d’avant-garde pour son télescope, mais aussi pour les grands observatoires nationaux et internationaux, tant au sol que dans l’espace. Ces projets se font en étroite collaboration avec des entreprises de haute technologie québécoises (ABB Bomem, INO, nüvü Camēras) et canadienne (COM DEV), l’Agence spatiale canadienne, le Conseil national de recherches du Canada, des universités canadiennes et divers partenaires internationaux : la NASA, l’Agence spatiale européenne et plusieurs établissements universitaires aux États-Unis et en Europe, et plus particulièrement en France. Les chercheurs de l’OMM sont les leaders de grands projets de recherche fondamentale et instrumentale sur la scène internationale. À titre d’exemples, mentionnons la première photographie d’un système de planètes extrasolaires en 2008, une percée scientifique majeure, et la fabrication d’un instrument de pointe pour le télescope spatial James Webb.



 

L'Institut de recherche sur les exoplanètes —créé en 2014, réunit une équipe de près d’une cinquantaine de chercheurs (professeurs, associés de recherche, chercheurs postdoctoraux et étudiants) de quatre universités québécoises (Université de Montréal, Université McGill, Université Laval, Université Bishop’s) qui sont des leaders mondiaux dans le domaine de la recherche sur les exoplanètes.

Ils possèdent une expertise complète dans le développement d’instrumentation de pointe (notamment le télescope spatial James Webb), l’élaboration de méthodes d’observation innovantes et la conception de modèles théoriques d’avant-garde. Ils se démarquent aussi par la grande importance qu’ils accordent à l’éducation et au rayonnement en astronomie.

Les chercheurs de l’iREx ont comme mission de découvrir la vie à l’extérieur de notre Système solaire, d’abord en détectant des planètes rocheuses, de masse et taille semblables à celles de la Terre ; ensuite en identifiant celles qui reçoivent une quantité d’énergie adéquate de leur étoile pour permettre la présence d’eau liquide à leur surface, et finalement en analysant leur atmosphère afin d’y repérer de la vapeur d’eau et des gaz qui pourraient être liés à de l’activité biologique, tels l’oxygène, l’ozone ou le méthane.

L’équipe de l’iREx travaille en étroite collaboration avec de grandes institutions nationales et internationales comme l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM), le Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ), l’Agence spatiale canadienne (ASC-CSA), le Conseil national de recherches Canada (CNRC-NRC) et plusieurs universités canadiennes, ainsi que la NASA, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Observatoire européen austral (ESO).




Contact 

Myriam Barriault Fortin
Agente de promotion et liaison
Pavillon de la Faculté de l’aménagement — 0064
myriam.barriault.fortin@umontreal.ca
514 343-6111, poste 3548


Observatoire du mont megantic ; institut de recherche sur les exoplanetes ; centre d'exposition de l'universite de montreal











EXPOSITION PERMANENTE

Art pour tous
Les oeuvres publiques de l'Université de Montréal s'exposent

                                             art pour tous ; udem

Exposition multiplateforme à travers le campus et sur le Web comptant 41 œuvres d'art public. Des capsules audio sont disponibles sur le site, ainsi que les informations sur les différents bâtiments composant le campus de l’Université de Montréal.www.artpourtous.umontreal.ca

Le Centre d'exposition de l'Université de Montréal est fier de faire partie du partenariat exceptionnel  d’Art public Montréal qui regroupe la grande collection montréalaise d’art public. Depuis le 8 octobre 2015, les collections d'art public de divers partenaires sont regroupées sur la plateforme Art public Montréal. Une trentaine d'oeuvres publiques de l'Université de Montréal fait désormais partie de la grande collection regroupant plus de 600 oeuvres réparties sur le territoire metropolitain. Nous vous invitons à consulter le site web et à redécouvrir Montréal!



                                                  art; public ; montreal ; udem


Pour vous tenir au fait de nos activités, abonnez-vous à notre infolettre ici


   


 

Dernière modification : 05 mars 2018